Communiqué de presse

L'ajout de fibres de bois et de chanvre dans divers produits étudié par un doctorant de l'UQAT

Rouyn-Noranda, le 10 janvier 2017 – Grâce à une collaboration de recherche entre l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) et l'École polytechnique de l'Université de Lille 1 en France, Muhamad Shafiq Sukiman, doctorant sur mesure en génie, a présenté le résultat de ses recherches portant sur un enjeu environnemental dont l'intérêt est croissant, soit l'utilisation des ressources végétales pour améliorer ou fabriquer divers produits.

Alors que les composites de fibres naturelles constituent une alternative pouvant pallier les problèmes de recyclage des composites renforcés par des fibres synthétiques, la valorisation des ressources végétales représente un choix stratégique permettant l'amélioration ou la fabrication de divers produits. En effet, leur aspect environnemental, en raison de leur biodégradabilité et leur coût de revient plus bas, confère aux fibres naturelles un choix stratégique lorsqu'elles sont incorporées aux plastiques, puisqu'elles permettent aux produits de bénéficier des caractéristiques intrinsèques des fibres et du plastique.

Parmi ces ressources naturelles, Muhamad Shafiq Sukiman a étudié des composites, à base de fibres végétales (bois et chanvre) et de plastique, pour des applications industrielles éventuelles. Pour ce faire, le doctorant a, d'abord, utilisé la technique d'homogénéisation numérique pour étudier les propriétés mécaniques et thermiques de deux types de composites. Le premier est composé de sciures de bois et de polyéthylène haute densité (HDPE), un plastique connu pour sa résistance en corrosion et notamment utilisé pour la fabrication des conduites, des emballages, des meubles (tables et chaises en plastique), des canoës-kayaks, etc. Le second composite étudié est composé de fibres de chanvre et de polyéthylène téréphtalate (PET), plastique souvent utilisé dans le domaine médical, alimentaire, dans la fabrication des bouteilles d'eau ainsi que des appareils électroménagers. Ensuite, le doctorant a étudié la capacité d'utilisation des feuilles composites HDPE-sciures de bois pour la fabrication d'un coffrage, destiné au secteur de la construction, par le procédé de thermoformage. Ce procédé consiste à former, à l'aide d'un moule, une feuille de plastique ramollie par la chaleur. La feuille ainsi déformée épouse la forme du moule et, en refroidissant, conserve cette forme.

Grâce à cette collaboration entre l'UQAT et l'Université de Lille 1, la réalisation de cette thèse, en cotutelle, a ainsi permis de bonifier les connaissances dans le domaine de la valorisation des fibres végétales qui se veut prometteur, notamment dans le domaine de la construction. Ce projet de recherche doctorale, intitulé « Étude des propriétés mécanique et thermique des biocomposites basée sur l'homogénéisation numérique », fut réalisé sous la direction de Fouad Erchiqui, Ph. D., de l'École de génie de l'UQAT, et Abdellatif Imad, Ph. D., de Polytechnique de l'Université de Lille, ainsi que sous la codirection de Toufik Kanit, Ph. D., du département des sciences et technologies de l'Université de Lille 1.

-30-

Source :
Nathalie Cossette, agente d'information
Service des communications et du recrutement
819 762-0971 poste 2628
Cellulaire : 819 277-6318

Mise à jour : 31 mai 2018