Ingénierie de la restauration des sites miniers

Mines et eaux souterraines

Ingénierie de la restauration des sites miniers

Ingénierie de la restauration des sites miniers

Parce que les communautés d’accueil des projets miniers doivent être assurées que les projets proposés ne deviendront pas la source de problèmes environnementaux à la fin de l’exploitation, les travaux de ce thème de recherche seront consacrés à la restauration des parcs à rejets de concentrateur et des haldes à stériles.

Pour les parcs à rejets de concentrateur, on cherchera à optimiser la performance de recouvrements monocouches et multicouches faits de matériaux géologiques (naturels ou recyclés) ou géosynthétiques placés sur des parcs à résidus ou des haldes à stériles, et ce, pour différentes conditions climatiques. Les connaissances sur la performance à long terme de ces recouvrements et l’adaptation des méthodes de restauration développées sur les parcs générateurs de drainage minier acide (DMA) seront adaptées et transférées au contexte des matériaux générateurs de drainage neutre contaminé.

Pour les haldes à stériles, les travaux portent sur la caractérisation hydrogéologique, géotechnique et géochimique en utilisant des méthodes de laboratoire et in situ. On s’intéresse également au mouvement des fluides et au transport réactif à l’intérieur des empilements de stériles à l’aide de modèles physiques et numériques. Le développement de nouvelles méthodes de construction des haldes permet de contrôler la génération de contaminants et d’améliorer leur stabilité du point de vue géotechnique.

La restauration pourra se faire dans certains cas en visant une stabilisation in situ des rejets dans les aires d’accumulation. Cela pourra se faire avant ou après la déposition des rejets. Ainsi, des amendements alcalins ou cimentaires permettraient respectivement de réduire la réactivité et de limiter les mouvements de fluides à l’origine du DMA lorsque les rejets sont exposés aux conditions climatiques.