Géotechnique minière et contrôle de terrain

Mines et eaux souterraines

Géotechnique minière et contrôle de terrain

Géotechnique minière et contrôle de terrain

La rupture de tout ouvrage minier souterrain (ex. chute de blocs rocheux, effondrement rocheux, rupture de chantier, coup de terrain) ou en surface (ex. rupture de digues de retenue des rejets de concentrateur, rupture des pentes des talus de puits à ciel ouvert) peut entraîner des dégâts catastrophiques humains et matériels. Voilà pourquoi ce thème de recherche visera l’analyse de la stabilité physique et mécanique des ouvrages miniers en surface et en souterrain.

Pour ce qui est de la stabilité des ouvrages miniers en surface, il s’agira de se focaliser sur les méthodes de déposition des rejets de concentrateur dans les parcs à résidus, notamment leur transport et leur ségrégation, d’analyser la stabilité physique des digues de retenue par les méthodes géophysiques et les simulations numériques, d’étudier les propriétés de déposition des rejets de concentrateur densifiés (ex. gestion des eaux, dessiccation, résistance au cisaillement, cycles de gel-dégel), de comprendre les phénomènes d’érosion éolienne dans les parcs à résidus et de proposer des mesures d’atténuation appropriées.

Pour ce qui est de la stabilité des ouvrages miniers souterrains, il s’agira d’approfondir les connaissances sur l’analyse de stabilité des chantiers miniers remblayés (ex. essais sur modèles réduits, analyse d’incertitudes), d’étudier l’atténuation des risques de coup de terrain grâce à l’utilisation du remblai, d’étudier l’impact de la sismicité minière sur la stabilité des galeries, des chantiers miniers remblayés et des autres types d’ouvrages souterrains.