Gestion
Nouvelles et évènements

Une délégation finlandaise vient se renseigner sur nos recherches en forêt avec l’IRF-UQAT

9 mai 2019

Actualité

Du 8 au 10 mai, l'équipe de l'Institut de recherche sur les forêts (IRF) de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) accueille une délégation finlandaise. Cette visite, organisée par la Chaire en aménagement forestier durable et le Natural Resources Institute of Finland, a permis à la délégation, composée de trois chercheurs de cet Institut, d'en apprendre davantage sur la gestion environnementale en secteur forestier.

Reconnu internationalement pour ses recherches, l'IRF présente plusieurs solutions, retombées et projets de recherche concernant l'aménagement des forêts tourbeuses du Québec lors de ce court séjour. En effet, les forêts tourbeuses en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec, situées sur la ceinture argileuse de la Baie-James, possèdent des similarités avec les forêts finlandaises. Les forêts tourbeuses, typiques de la forêt boréale située sur des sols argileux, deviennent au fil du temps de moins en moins productives. La croissance des sphaignes, un type de mousses, crée une épaisse couche de matière organique qui se décompose mal en raison du climat froid typique des forêts boréales, et du fait qu'elle est gorgée d'eau. De plus, les sphaignes forment un effet d'éponge qui fait monter la nappe phréatique et qui rend ainsi l'argile inaccessible pour la germination des graines des arbres. Ces forêts se transforment donc peu à peu en tourbière, car les vieux arbres finissent par dépérir et les jeunes arbres n'arrivent pas à s'établir.

Ce phénomène naturel est très lent et est contré par le passage de feux de forêt qui brulent cette épaisse couche de sphaigne. En retirant les arbres matures présents, les coupes forestières accélèrent le phénomène. Certains des travaux de recherche menés en Finlande sont présentés à l'équipe de l'IRF : le drainage afin de retirer l'eau en surplus, l'utilisation de cendres pour fertiliser et contrer la baisse de la productivité ainsi que les coupes partielles. Le tout est aussi abordé avec un angle sur la séquestration du carbone afin de discuter du bilan carbone des forêts tourbeuses, naturelles et soumises à divers aménagements forestiers. La délégation a aussi pu visiter les installations et les laboratoires de l'IRF ainsi que la Forêt d'enseignement et de recherche au lac Duparquet.

À propos de l'Institut de recherche sur les forêts
Avec une équipe d'experts multidisciplinaires, cinq chaires de recherche, trois programmes de formation et une dizaine de laboratoires à la fine pointe de la technologie, l'IRF de l'UQAT offre un milieu de recherche et d'enseignement exceptionnel et hors du commun. La mission de l'IRF est de contribuer au maintien des services rendus par les écosystèmes forestiers par une approche interdisciplinaire en recherche et en formation ainsi que dans la diffusion et l'intégration des nouvelles connaissances auprès des multiples usagers du territoire. L'Institut réalise des recherches de pointe en aménagement forestier durable avec la perspective « de la forêt à l'usager ». Ainsi, l'interdisciplinarité qui caractérise cette équipe permet, en s'inspirant d'une approche écologique, de répondre aux enjeux liés à la foresterie à partir de la planification de la sylviculture à la transformation du bois.

Source

Gabrielle Cornellier
Agente de recrutement